01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

Le Figaro : le combat d’un père

Il y a un an, Anne-Lorraine Schmitt, une étudiante de 23 ans, mourait assassinée dans le RER D par Thierry Deve-Oglou, un criminel déjà condamné et relâché sur la foi d’avis d’experts. Depuis, Philippe Schmitt, 57 ans, s’implique auprès de l’Institut pour la justice afin de faire évoluer les lois. L’histoire de son combat,et de celui de sa fille, est retracée dans un livre qui paraît mardi : «Anne-Lorraine, un dimanche dans le RER D» (CLD éditions).

Tous les dimanches, depuis un an, c’est pareil. Mais personne ne dit rien. Rassemblés avec leurs quatre enfants autour de la table de la cuisine, M. et Mme Schmitt achèvent leur petit déjeuner en silence.

Hanté par le temps qui passe, leur regard fuit pudiquement pour se poser sur les aiguilles, à la dérobée. «On vit avec la pendule, dit le père. Chacun de nous y pense, comme si c’était hier». 9 h 58 : Anne-Lorraine monte dans le RER D. 10 heures : elle téléphone à son petit-frère, François-Xavier. Elle sera là pour la messe. Promis. 10 h 15 : le train se vide, file vers Goussainville. 10 h 20 : le type monte. Il l’aborde, le souffle court. Lui dit qu’il va lui «faire l’amour». 10 h 22 : Anne-Lorraine crie, se débat. Il la fait taire à coups de couteau. Trente-deux au total. 10 h 30 : elle agonise. Lui, le récidiviste, blessé, descend du train. Vingt-quatre heures plus tard, Elisabeth et Philippe Schmitt retrouveront leur fille aînée à la morgue. «C’était elle et aussi plus elle», diront ses frères et sœurs. Il n’y avait plus son rire, il n’y avait plus sa vie. Son grand-père paternel en deviendra mutique.

Lire la suite sur le site du Figaro.fr