01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

Communiqué : Jurés auprès des juges d’application des peines, une proposition qui manque sa cible

L’Institut pour la Justice regrette que, pour éviter la remise en liberté injustifiée de criminels dangereux, le Président de la République n’ait pas mis en avant d’autres pistes plus efficaces.

Le Président de la République a annoncé vouloir réfléchir à l’introduction de jurés populaires auprès des juges d’application des peines.

Au-delà de la volonté louable de rapprocher les citoyens de leur justice, l’objectif est manifestement d’éviter les drames vécus par Marie-Christine Hodeau, Natacha Mougel et tant d’autres, victimes de criminels dangereux remis en liberté bien avant la fin de leur peine.

Mais dans cette optique, les jurés auront au mieux un rôle limité. Car ils ne pourront pas se prononcer sur les remises de peine automatiquement accordées à tous les détenus, même dangereux.

La qualité de leur appréciation sera ensuite incertaine. Ne seront-ils pas, plus encore que les magistrats professionnels, influencés par les expertises psychiatriques, aujourd’hui archaïques et peu fiables ?

Enfin, c’est la présence de la victime, plus encore que celle de jurés populaires, qu’il convient de privilégier au stade de l’application des peines. Pour améliorer la qualité des décisions rendues, il est urgent de lui conférer les mêmes droits qu’au condamné, en particulier celui de faire appel d’une décision de libération anticipée.

L’Institut pour la Justice attend donc des mesures plus opérantes pour mieux protéger les victimes.