01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

Communiqué : Garde à vue, les victimes doublement oubliées par la réforme

A rebours des promesses du Président de la République, la réforme ne prévoit aucun renforcement substantiel du droit des victimes

Le 21 avril 2009, le Président de la République a demandé que les victimes puissent être assistées par un avocat dès la première minute de l’agression. Il avait alors déclaré : « Il n’est quand même pas extravagant de demander que la victime soit traitée dans la même condition que le délinquant ».

Il est donc incompréhensible de constater qu’aucune mesure significative n’est prise en faveur des victimes au moment où le droit des mis en cause est considérablement augmenté.

L’Institut pour la Justice regrette que le déséquilibre se creuse à nouveau entre le droit des auteurs et celui de victimes.

L’Institut pour la Justice constate que les victimes sont doublement oubliées, puisque les victimes potentielles ne sont pas mieux loties par la réforme qui, à moyens constants, s’accompagnera immanquablement d’un surcroît d’enquêtes non élucidées et donc d’une moins bonne protection de nos concitoyens.

Rappelons que les pays qui disposent d’un droit à l’assistance d’un avocat tout au long de la garde à vue ont développé en contre-partie des moyens très significatifs d’enquête et de police scientifique. Sans moyens supplémentaires – non prévus par le gouvernement à ce stade – comment lutter efficacement contre la criminalité et les violences urbaines ?