01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

Communiqué : Viol d’une fillette à Toulouse par un récidiviste : où est la faille ?

Le violeur présumé de la petite fille de 5 ans avait été condamné à 15 ans de réclusion en 1996 pour avoir commis 12 viols sur des mineurs de 15 ans, puis à deux ans de prison ferme en 2009 pour agression sexuelle sur mineur, une condamnation assortie d’une injonction, de soins.

Décryptage de cette affaire par les experts de l’Institut pour la Justice…

– Comment un agresseur sexuel peut-il récidiver alors qu’il sort d’une séance chez son psychologue ?

– Pouvait-on prévoir qu’il allait récidiver ?

– Pourquoi n’était-il pas sous castration chimique ?

– Pourquoi la Justice ne lui a-t-elle pas imposé un bracelet électronique GPS ?

– Pourquoi la Justice l’a-t-elle condamné à seulement deux ans de prison en 2009?

Read more

Viol d’une fillette à Toulouse par un récidiviste : où est la faille ?

Le violeur présumé de la petite fille de 5 ans avait été condamné à 15 ans de réclusion en 1996 pour avoir commis 12 viols sur des mineurs de 15 ans, puis à deux ans de prison ferme en 2009 pour agression sexuelle sur mineur, une condamnation assortie d’une injonction, de soins.

Décryptage de cette affaire par les experts de l’Institut pour la Justice en 5 questions :

  • Comment un agresseur sexuel peut-il récidiver alors qu’il sort d’une séance chez son psychologue ?
  • Pouvait-on prévoir qu’il allait récidiver ?
  • Pourquoi n’était-il pas sous castration chimique ?
  • Pourquoi la Justice ne lui a-t-elle pas imposé un bracelet électronique GPS ?
  • Pourquoi la Justice l’a-t-elle condamné à seulement deux ans de prison en 2009 ?

 

Comment un agresseur sexuel peut-il récidiver alors qu’il sort d’une séance chez son psychologue ?

En France, la majorité des psychiatres et psychologues sont peu ou pas formés aux soins visant à réduire la récidive des délinquants sexuels. Par défaut, beaucoup entreprennent des thérapies simples, non spécialisées, d’inspiration psychodynamique, alors qu’aucune étude française ou internationale n’a montré d’impact de ces traitements sur le risque de récidive.

Extrait du rapport de l’Académie de médecine de juin 2010 :
« Les méthodes actuarielles étaient les plus efficaces dans la prévision de la récidive, le jugement clinique non structuré s’avérant le moins efficace, l’évaluation clinique structurée ayant une efficacité intermédiaire »
Télécharger le document de l’Académie de médecine de juin 2010

 

Pouvait-on prévoir qu’il allait récidiver ?

D’un point de vue criminologique, l’individu conjuguait de nombreux facteurs de risque de récidive. Le principal étant le nombre d’infractions sexuelles commises dans le passé : plus ce nombre est élevé, plus le risque de récidive sexuelle l’est aussi.

Dans leur étude de référence (source), les criminologues Harris et Hanson signalent un taux de récidive sexuelle de 37 %, 15 ans après leur sortie de prison, des délinquants sexuels déjà condamnés par la Justice à deux reprises (contre 19 % pour ceux condamnés une seule fois). Ce qui était le cas du violeur présumé de la petite fille.
Télécharger le document sur les véritables chiffres de la récidive sexuelle

Dans la mesure où il avait de surcroît fait 12 victimes hors du cercle familial entre 1993 et 1996, il entre manifestement dans la catégorie des prédateurs les plus dangereux.

Le problème est que son risque de récidive n’a peut-être jamais été évalué correctement, c’est-à-dire avec les outils criminologiques utilisés par tous nos voisins. Car les méthodes criminologiques, dites « actuarielles », sont peu répandues en France ; la méthode dominante reste l’évaluation clinique non structurée (entretien libre).

Extrait du rapport de l’Académie de médecine de juin 2010 :
« Les méthodes actuarielles étaient les plus efficaces dans la prévision de la récidive, le jugement clinique non structuré s’avérant le moins efficace, l’évaluation clinique structurée ayant une efficacité intermédiaire »
Télécharger le document de l’Académie de médecine de juin 2010

 

Pourquoi ce violeur récidiviste n’était-il pas sous castration chimique ?

Les traitements freinateurs de libido constituent le traitement le plus efficace pour prévenir la récidive sexuelle des pédophiles récividivistes. Il est préconisé par la Haute autorité de santé pour la prise en charge des auteurs d’agression sexuelle sur mineurs de 15 ans.

Pourtant, aucune castration chimique ne semble avoir été prescrite au violeur présumé. Vraisemblablement parce que les psychiatres français, peu formés à la délinquance sexuelle, ont une méconnaissance importante de ce traitement – et pour certains d’entre eux une réticence de principe à l’utiliser.

Dans une étude à paraître dans les Annales médico-psychologiques, les Dr Baratta, Halleguen et Morali, à partir d’un questionnaire rempli par 67 psychiatres provenant de 18 centres hospitaliers et de 2 UMD, montrent que :
– 40 % d’entre eux étaient dans l’incapacité de nommer une des molécules autorisées pour la castration chimique
– 62 % d’entre eux ne souhaitent pas imposer de castration chimique
– 76 % ne connaissent pas les recommandations de la Haute Autorité de santé de 2009 (préconisant la castration chimique)

 

Pourquoi la Justice n’a-t-elle pas imposé un bracelet électronique GPS à ce récidiviste sexuel?

La loi ne le permet pas. Pour pouvoir se voir imposer le bracelet GPS à l’issue d’une peine de prison, il faut avoir été condamné à 7 ans de prison ferme minimum (ou à 5 ans en état de récidive légale).

Il s’agit là d’une faille importante dans la loi car la dangerosité d’un individu ne se mesure pas à la gravité des faits commis lors de sa dernière infraction (l’exemple de Tony Meilhon l’avait déjà montré).

Le bracelet GPS est une mesure de sûreté minimale d’autant plus nécessaire, en cas de libération d’un violeur récidiviste, que les traitements médicaux les plus efficaces (castration chimique et TCC) n’ont d’effet que dans 25 % des cas.

Extrait du apport de l’Académie de médecine de juin 2010 :
« [Recommandation 2] : Définir une politique qui ne soit pas uniquement basée sur des moyens médicaux. Les traitements à visée hormonale ou psychologique ayant une efficacité très partielle (…) ne peuvent être le seul outil d’une politique de prévention de la récidive »
Télécharger le document sur les véritables chiffres de la récidive sexuelle

 

Pourquoi la Justice a-t-elle condamné ce multirécidiviste à seulement deux ans de prison en 2009 ?

Dans son étude publiée en novembre dernier, Xavier Bébin, juriste et criminologue, indiquait que le grave défaut de la rétention de sûreté et du système français :
« est de faire l’impasse sur le cas de criminels dangereux, ayant un lourd passé judiciaire, mais dont la dernière infraction n’est pas jugée suffisamment grave par elle-même pour conduire à une peine de 15 ans d’emprisonnement. En l’état des pratiques, les magistrats français tendent en effet à prononcer des peines essentiellement liées à la gravité de l’infraction, sans prendre suffisamment en compte le passé judiciaire de l’individu. »
Télécharger le document PDF

Le cas présent nous en donne une illustration : la récidive – même d’une gravité modérée – d’un agresseur sexuel déjà condamné pour 12 viols aurait dû alerter sur sa dangerosité et aurait pu conduire à l’imposition d’une peine se rapprochant du maximum prévu par la loi.

L’autre possibilité est de prendre exemple sur le système québécois, qui prévoit des peines indéterminées (c’est-à-dire potentiellement à vie) pour les délinquants déclarés « dangereux », déclaration qui peut avoir lieu après une infraction de gravité modérée car « la gravité de l’acte est moins déterminante que la dangerosité persistante qu’il révèle ».

Extrait du rapport de la Commission du Sénat relatif à la rétention de sûreté en 2008 :
« [Exemple au Québec]. L’accusé plaide coupable [il a commis une infraction sexuelle de gravité modérée]. Le rapport présentenciel établi par les services d’enquête fait état de très nombreux antécédents concernant le plus souvent des infractions sexuelles dont certaines d’ailleurs d’une plus grande gravité que celle justifiant la dernière comparution. (…) Ces considérations ont conduit le procureur de la République à saisir le juge d’une demande de déclaration de délinquant dangereux qui a finalement été prononcée. Le cas peut paraître paradoxal, il est néanmoins révélateur : le dernier fait délictueux commis par X ne conduit à la peine indéterminée que parce qu’il est la suite d’une longue série d’infractions et que ce comportement déviant paraît sans remède. En d’autres termes, la gravité de l’acte est moins déterminante que la dangerosité persistante qu’il révèle. »

 

La position de l’Institut pour la Justice

L’Institut pour la Justice dénonce un système inadapté à la prévention de la récidive sexuelle et criminelle et demande :
– Le prononcé de peines davantage adaptées à la dangerosité des agresseurs sexuels (et non pas seulement proportionnelles à la seule gravité de leur dernière infraction),
– Un élargissement des conditions permettant d’imposer des mesures de sûreté aux agresseurs récidivistes, en particulier le placement sous bracelet électronique GPS,
– Une profonde réforme de la psychiatrie conduisant à une généralisation des méthodes fiables d’évaluation de la dangerosité criminologique et à une adaptation des traitements conformes aux préconisations de la Haute autorité de santé et de l’Académie de médecine.

 

 

Read more

Communiqué : Garde à vue, le coup de grâce

Au mépris de la séparation des pouvoirs, de la sécurité des citoyens et du droit des victimes, la Cour de Cassation a décidé, en toute irresponsabilité, de fragiliser les milliers de procédures délictuelles et criminelles des semaines à venir.

L’Institut pour la Justice est révolté par la décision de la Cour de Cassation d’imposer l’application immédiate de la réforme de la garde à vue, alors que la représentation nationale a voté un texte devant s’appliquer d’ici quelques semaines.

Il s’agit d’une manifestation supplémentaire de la prise de pouvoir, contre le Parlement élu, de hauts magistrats non élus et déconnectés de toute réalité. Il n’avait pas suffi que le Conseil constitutionnel impose la réforme au gouvernement et aux citoyens, c’est à présent la Cour de Cassation qui prend les devants, avant même la publication de la loi en juin prochain.

Les conséquences de cette décision prise par des magistrats non élus et irresponsables sont gravissimes : des centaines de procédures impliquant des criminels et des délinquants seront frappées de nullité, faute de préparation et de sécurité juridique.

L’Institut pour la Justice regrette que les hauts magistrats ne cessent, décision après décision, de privilégier des principes abstraits au détriment de la protection élémentaire des citoyens et du droit des victimes à voir leur agresseur poursuivi et condamné. 

Read more

Communiqué : Jurés populaires, une réforme d’affichage

La réforme annoncée, par son manque d’ambition, ne rapprochera pas les citoyens de leur Justice. La seule véritable avancée est dans l’association de citoyens aux jugements des juridictions d’application des peines.

L’Institut pour la Justice regrette la méfiance du gouvernement envers les jurés-citoyens, qui sont systématiquement placés en minorité (deux) par rapport aux magistrats professionnels (trois), alors que l’égalité aurait dû être de mise.

En matière correctionnelle, aucun changement significatif ne sortira de la réforme. Car le nombre d’affaires concernées sera situé entre 10 000 et 40 000, à comparer aux 120 000 peines de prison ferme prononcées en 2008 par les tribunaux correctionnels.

Ceux qui en attendent plus de sévérité en seront pour leur frais : nos prisons sont de toute façon trop engorgées pour accueillir de nouveaux condamnés (97 000 peines de prison sont inexécutées faute de place en détention).

L’Institut pour la Justice salue toutefois l’introduction de jurés-citoyens dans les juridictions de l’application des peines. L’application des peines ne relève pas seulement d’une mathématique juridique abstraite : il s’agit de trouver un équilibre entre la réinsertion du criminel, la protection de sa victime et la sécurité de l’ensemble des citoyens.

Cette réforme, pour être équitable, doit toutefois être complétée par une modification du statut de la victime devant les juridictions d’application de peines. Aujourd’hui « demi-partie » dont les droits sont inférieurs à ceux du condamnés, la victime doit recouvrer la plénitude de ses droits et avoir la possibilité, elle aussi, de s’exprimer devant les jurés.

Read more

Réforme de la garde à vue : le coup de grâce !

Au mépris de la séparation des pouvoirs, de la sécurité des citoyens et du droit des victimes, la Cour de cassation a décidé, en toute irresponsabilité de fragiliser les milliers de procédures délictuelles et criminelles à venir.

Dans un communiqué repris par l’AFP, l’Institut pour la Justice considère qu’il s’agit d’une manifestation supplémentaire de la prise du pouvoir, contre le parlement élu, de hauts magistrats non élus et déconnectés de toute réalité.

Téléchargez la dépêche en cliquant ici

Read more

Réforme de la Garde à vue : L’Institut pour la Justice sur Europe 1

Xavier Bébin, Délégué général de l’Institut pour la Justice était l’invité de l’émission le « 22-23 » sur Europe 1.

Cette émission a été l’occasion d’évoquer la position de l’Institut pour la Justice concernant la réforme de la Garde à vue.

Écoutez l’intervention de Xavier Bébin en cliquant ici

Read more

Dans un entretien à AISG, Xavier Bébin présente l’Institut pour la Justice

AISG, « La dissuasion implique, non pas des peines sévères, mais un fonctionnement régulier, rapide et prévisible de la réponse pénale », affirme Xavier Bébin, délégué général de l’Institut pour la Justice.

(Autorisation a été donnée par l’agence pour la publication intégrale de la dépêche)

Dans un entretien à AISG, il souligne que « ce n’est pas le cas lorsque 97 000 peines de prison restent inexécutées ou lorsque des délinquants peuvent empiler des sursis ».

L’Institut pour la justice, rappelle-t-il, « a été fondé en 2007 par des citoyens préoccupés par les dysfonctionnements de la justice ». Il a depuis cherché à développer son expertise et est devenu, selon son délégué général, un « think tank reconnu ». « Nous sommes indépendants de tout parti politique, mais aussi de l’État dont nous ne percevons aucune subvention », assure Xavier Bébin.

Le délégué général critique la loi pénitentiaire de 2009, qui a contribué à instaurer « un système pervers de transformation de la peine prononcée avant même son exécution ». Il se réjouit en revanche du projet de loi concernant les personnes faisant l’objet de soins psychiatriques.

Xavier Bébin est diplômé de Sciences-Po, il a publié en 2006 un ouvrage de philosophie pénale et de criminologie intitulé « Pourquoi Punir ? » (Éditions L’Harmattan).

Téléchargez la dépêche en cliquant ici

Read more

La famille de Jérémy Roze rejoint l’Institut pour la Justice

Le père de Jérémy Roze pointe des dysfonctionnements judiciaires. Un des mis en examen pour le meurtre de son fils avait déjà été interpellé pour des agressions.

Si la justice avait bien fonctionné, le meurtre de mon fils aurait peut-être pu être évité. Ainsi a réagi Christian Roze.

« Ce jeune n’a toujours pas été jugé pour les faits commis il y a deux ans… La justice a ainsi laissé en liberté un agresseur en série particulièrement dangereux. Il aurait pu faire l’objet de mesure pour protéger la société. Et nous ne sommes pas les seuls à être victimes de tels dysfonctionnements, l’actualité récente l’a montré… ».

Aujourd’hui, Christian Roze a pris contact avec l’Institut pour la justice (www.institutpourlajustice.com), une association qui a déjà réuni plus de 311 000 signatures contre la récidive. « J’ai l’impression que la justice de mon pays est victimophobe : elle prend plus soin des auteurs des faits que des victimes », lâchait hier soir Christian Roze.

Téléchargez l’article en cliquant ici.

Read more

Meurtre de Jérémy Roze : La famille s’engage aux côtés de l’Institut pour la Justice

L’indignation, tel est le sentiment qui étreint les parents de Jérémy Roze, cet étudiant en pharmacie de 27 ans originaire de Monein mortellement poignardé, le 27 février, à Toulouse.

Trois semaines après l’arrestation de deux hommes de 18 et 20 ans, mis en examen pour « tentative de vol avec arme et meurtre » et écroués, la famille Roze est « tombée des nues » en découvrant le parcours du plus jeune suspect.
En savoir +

Elle savait qu’il était connu de la police pour des vols et vols aggravés accompagnés de violence. Mais elle ignorait qu‘il était mis en cause dans une quinzaine d’agressions au couteau crapuleuses perpétrées entre mars et mai 2009 et pour lesquelles il n’aurait toujours pas été jugé au moment du meurtre de leur fils (…).

« Comment se fait-il qu’il ne soit pas passé en justice entre 2009 et 2011 ? On a laissé s’écouler deux ans, c’est incroyable », s’exclame le père du jeune étudiant moneinchon (…).

« Parce que le drame que nous vivons ne doit pas se reproduire, nous n’avons d’autre choix que de nous mobiliser », expose Christian Roze. C’est en ce sens qu’il explique son tout récent engagement, avec ses proches, à l’Institut pour la justice. Cette association nationale de victimes revendique 151 000 sympathisants et donateurs et fait du lobbying auprès des décideurs politiques.

Téléchargez l’article en cliquant ici

Read more