01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

Communiqué : Journée nationale de lutte contre la récidive : l’Institut pour la Justice publie une lettre ouverte au Président de la République et un sondage exclusif sur la Justice

Dans une lettre ouverte adressée au Président de la République, victimes et professionnels du droit demandent une nouvelle loi plus contraignante contre la récidive. En appui, l’Institut pour la Justice (IPJ) publie les résultats de la deuxième vague de son observatoire IPJ / CSA sur la Justice et la récidive.

Suite à la signature par plus de 300 000 citoyens (314 000, certifié par huissier), d’une pétition contre la récidive lancée en février dernier après le meurtre de Laetitia, l’Institut pour la Justice lance mardi 17 mai à 14h30 la « Journée nationale de lutte contre la récidive », qui s’achèvera par un lâcher exceptionnel de 2 000 ballons noirs, face à la Tour Eiffel.

Des familles de victimes (celle de Natacha Mougel notamment), des professionnels du système pénal (l’avocat G.W. Goldnadel, l’ancien directeur de la PJ Olivier Foll, etc.) prendront la parole pour demander publiquement, à travers la lecture d’une lettre ouverte au Président de la République, l’adoption de nouvelles mesures contre la récidive criminelle.

Cette lettre ouverte, publiée ce jour, a également été signée par les personnalités Roland Giraud et Françoise Hardy, par Morgane Vallée, victime du meurtrier présumé de Marie-Christine Hodeau, par le magistrat Didier Gallot ou le professeur de droit Jean Pradel.

Les signataires demandent notamment la suppression des remises de peine automatique, l’exécution totale (sauf exception) des peines prononcées par les tribunaux, une modernisation profonde de la psychiatrie criminelle et l’accentuation des droits de la victime, qui devraient pouvoir faire appel d’une libération conditionnelle.

« Les Français savent que vous avez essayé. Ils ne vous pardonneront pas de ne pas avoir persisté », concluent les signataires. L’Institut pour la Justice appelle donc l’exécutif et les parlementaires à intégrer immédiatement ces réformes au projet de loi sur les jurés populaires, qu’ils examineront le jour même en première lecture au Sénat.

La démarche des signataires est soutenue par une majorité de Français comme le révèlent les résultats de la seconde vague de l’observatoire Institut pour la Justice / CSA. Elle montre en effet qu’une majorité de Français (62 %) est favorable à une nouvelle loi contre la récidive et que 52 % des Français estiment que la loi sur les jurés populaires n’est pas une réponse efficace contre la récidive.

Cette demande de mesures plus fermes contre la récidive est d’autant plus pressante que les Français, de droite comme de gauche, estiment à une large majorité que la Justice est trop indulgente vis-à-vis des récidivistes (70 %) et que la perpétuité réelle devrait être prononcée pour les criminels sexuels les plus dangereux (84 %).