01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

« Qui se cache derrière l’Institut pour la Justice ? »

Éclaircissements suite à quelques rumeurs malveillantes à son sujet :

L’Institut pour la Justice est une association loi 1901 qui fédère des dizaines de milliers de citoyens ; c’est aussi un think tank indépendant qui regroupe une trentaine d’experts du champ pénal : des professeurs de droit (comme Jean Pradel), des avocats (comme Me Gilles-William Goldnadel), des magistrats (comme Didier Gallot), des psychiatres (comme Alexandre Baratta), et des criminologues (comme Maurice Cusson).

Son objectif est de promouvoir une Justice plus protectrice pour les citoyens et plus équitable vis-à-vis des victimes – toutes les actions menées depuis sa création en 2007 en témoignent.

Le sérieux de ses analyses et de ses colloques (plus de 40 études publiées, 2 colloques organisés depuis 2009) reconnu tant par des hommes politiques de gauche (ex. André Vallini) que de droite (ex. Jean-Paul Garraud) l’ont conduit à être auditionné à plus de 15 reprises par les commissions parlementaires de l’Assemblée nationale et du Sénat : sur la loi pénitentiaire, sur la loi visant à amoindrir le risque de récidive, sur loi relative à la violence faite aux femmes, sur la réforme de la garde à vue et, prochainement, sur le projet de loi de programmation relatif à l’exécution des peines. L’IPJ a également été reçu par le Garde des Sceaux Michel Mercier le 25 mai dernier.

L’Institut pour la Justice est indépendant de tout parti politique, indépendance garantie par son refus de toute subvention, ses actions étant financées par ses seuls donateurs (40 000).

Contre les accusations qui lui reprochent « d’ouvrir la boîte de Pandore » ou d’inciter à la vengeance individuelle, l’Institut pour la Justice affirme avec force que les propositions de son Pacte 2012 sont au contraire le meilleur rempart contre le développement d’actes de justice personnelle, qui risquent de se développer si le système judiciaire laisse à penser qu’il ne garantit plus la protection des citoyens et des victimes.

Contre ceux qui prétendent que ses propositions sont « radicales », voire même « extrémistes » l’Institut pour la Justice rappelle son profond attachement aux droits de la défense, à la dignité des conditions de détention des condamnés, ainsi que son opposition à la peine de mort. Ses propositions phares, comme l’égalité de droit entre victimes et accusés et l’application effective des peines sont plébiscitée par 70 % des Français selon les sondages ayant été réalisés sur cette question, et désormais par 1,5 millions de citoyens signataires de son Pacte 2012 pour la Justice.

Télécharger le communiqué ici : « Qui se cache derrière l’Institut pour la Justice ? »