01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

Réunion publique à Nantes le 18 janvier 2012

Plus de 330 personnes ont assisté à la réunion publique animée par le délégué général de l’IPJ, Xavier Bébin. A ses côtés se sont exprimés, Didier Gallot, juge d’instruction pendant 22 ans au tribunal de grande instance des Sables d’Olonne dont il est aujourd’hui le Vice-Président et Joël Censier, papa de Jérémy, 19 ans, assassiné en août 2009, qui témoigne aujourd’hui des dysfonctionnements de la Justice auxquels il est confronté depuis ce drame.

Xavier Bébin a d’abord rappelé la mission principale de l’association : relayer les préoccupations citoyennes en matière de Justice auprès des élus, des pouvoirs publics et du monde judiciaire. Puis il a présenté un certain nombre de dysfonctionnements judiciaires, notamment à travers l’exemple du meurtre de la jeune Laetitia Perrais. Il a rappelé les cinq propositions du Pacte 2012, signé par plus de 1 730 000 personnes en faveur d’une Justice plus équitable vis-à-vis des victimes.

Le Juge Gallot, par des exemples très concrets tirés de sa propre carrière, a alors insisté sur l’importance de la place de la victime dans la procédure pénale et sur la réalité de l’exécution des peines. Joël Censier a également pris la parole. Son histoire, rendue célèbre par la vidéo, visionnée plus de 10 millions de fois sur internet, illustre pleinement les dysfonctionnements de la Justice en France. En effet, le principal suspect dans l’assassinat de son fils, a été remis en liberté, dans l’attente du procès, en raison d’un vice de procédure. A la suite de la décision de la Cour de cassation du 15 avril 2011, ses aveux en garde à vue ont été annulés. Joël Censier a expliqué le sens de son engagement aux côtés de l’Institut Pour la Justice et sa volonté d’agir pour éviter que d’autres victimes soient confrontées à cette même situation.

Puis, l’assistance a eu la parole et a apporté de nombreux témoignages percutants. Parmi eux, notamment, les parents de Sophie, jeune femme de 23 ans, assassinée par étranglement en avril 2007 par un homme déjà mis en examen pour viol et tentative d’agression sexuelle sur une mineure.

Parmi toutes les interventions, la question de l’intérêt de nos dirigeants, dans le contexte préélectoral pour les questions de Justice a été soulevée. L’occasion pour le délégué général d’assurer à tous les participants de la ferme intention de l’IPJ, pour faire entendre leur voix, de soumettre aux candidats à l’élection présidentielle le Pacte 2012 pour la Justice.

Une réunion riche en témoignages qui ont reflété, une fois encore, la nécessité du combat de l’Institut Pour la Justice.