01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

Communiqué : Le coût du crime et de la délinquance pour la société française, 150 milliards d’euros annuels

Jacques Bichot, économiste, professeur émérite à l’Université Lyon III, a réalisé pour l’Institut pour la Justice une étude exhaustive du coût du crime et de la délinquance en France d’octobre 2010 à septembre 2011.

En prenant en compte les coûts des conséquences de la criminalité (préjudice matériel, physique et psychologique des victimes), les coûts liés visant à l’anticiper (assurances et frais de protection privés) ainsi que les coûts publics liés à la lutte contre la délinquance (police, gendarmerie et justice), Jacques Bichot aboutit à un coût total pour la société de 150 milliards d’euros annuels.

Cette évaluation s’appuie sur la même démarche méthodologique que les gouvernements britanniques et canadiens, qui ont chacun publié un rapport officiel sur cette question, avec des résultats comparables à ceux de J. Bichot (voir la note méthodologique ci-jointe).

L’Institut pour la Justice, avec cette étude, souhaite alerter les candidats à la présidentielle sur la nécessaire sanctuarisation des dépenses publiques liées à la lutte contre la criminalité. C’est tout particulièrement le cas du budget de la Justice pénale, qui représente 5 milliards d’euros seulement alors que le coût économique et social du noyau dur de la criminalité s’élève à près de 80 milliards d’euros chaque année.

Pour l’Institut pour la Justice, cette étude confirme en particulier la nécessité du programme de construction de prison voté récemment par l’Assemblée nationale. D’après des études statistiques convergentes, 30 000 places de prison supplémentaires permettraient de faire reculer la criminalité de 15 %. Ce programme de construction représente un coût non négligeable pour l’Etat (près d’1 milliard d’euros annuel) mais il permettrait d’économiser 12 milliards d’euros à la société française (15 % x 80 milliards).

Télécharger le communiqué ici : Le coût du crime et de la délinquance pour la société française

Read more

L’Institut pour la Justice, invité de « Ménard en Liberté »

Xavier Bébin, délégué général de l’Institut pour la Justice était l’invité de Robert Ménard. Il s’exprimait sur le thème : « La délinquance coûte-t-elle trop chère aux contribuables ? »

Cette émission fait suite à la publication de l’étude de Jacques Bichot, économiste et expert de l’Institut pour la Justice sur le coût du crime et de la délinquance.

Ecoutez l’intégralité de l’interview en cliquant ici

Read more

L’Institut pour la Justice, invité de « Hacène enquêtes et Investigations » sur Sud Radio

Xavier Bébin, délégué général de l’Institut pour la Justice était au micro de Karim Hacène.

Il s’exprimait sur les tueurs en série et plus particulièrement sur le cas de Guy Georges.

Ecoutez l’intégralité de l’intervention de Xavier Bébin en cliquant ici

Read more

le Figaro consacre une page entière à l’nstitut pour la Justice sur le coût du crime et de la délinquance

L’économiste Jacques Bichot publie une étude sur le coût du crime et de la délinquance. Le crime organisé coûterait à lui seul un préjudice de 23 milliards d’euros.

(…) Le but de cette arithmétique? Savoir évaluer les préjudices, secteur du crime par secteur du crime, pour «éclairer la politique pénale et la décision publique», explique Xavier Bébin. Selon lui, «d’après de nombreuses études statistiques, 30.000 places de prison supplémentaires, par exemple, permettraient de réduire la criminalité de 15%». L’investissement pour l’État serait alors d’«un milliard d’euros par an», dit-il, «tandis que le gain pour la collectivité serait de 11 milliards». Froide logique de l’économie que d’aucuns jugeront évidemment discutable.

Consultez l’intégralité de l’article en cliquant ici

Read more

Libération de l’agresseur de Corinne Colin

Daniel Gobet, le beau-père violeur de Corinne Colin, membre du Collectif Victimes de l’Institut pour la Justice a été libéré pour raisons de santé.

(…) Pour Corinne, l’une des deux victimes, cette décision est malgré tout « insupportable ». »Puisqu’il n’y pas de danger de mort, il aurait très bien pu continuer à être soigné en détention », justifie-t-elle. Aujourd’hui âgée de 42 ans, elle a rejoint l’Institut pour la Justice, une association de défense des victimes qui voit dans cette libération « l’illustration d’une justice peu soucieuse de la souffrance des victimes » (…).

Téléchargez l’article en cliquant ici

Read more

Le Figaro estime que l’Institut pour la Justice « pèse lourd dans le domaine judiciaire »

Dans son article intitulé « Pour qui votent les avocats? » en date du 23 février dernier, un ancien conseiller de l’Elysée note que « l’Institut pour la Justice veut donner davantage de poids aux victimes et pèsent lourd dans le domaine judiciaire » (…).

Consultez l’intégralité de l’article en cliquant ici

Read more

L’hebdomadaire Le nouvel Observateur consacre 3 pages à l’Institut pour la Justice

Alliant l’expertise et la vox populi, l’association, qui se veut le « porte-voix de la majorité silencieuse », s’invite dans la campagne présidentielle.

Il y a tant de monde, au moins 350 personnes, à avoir bravé la pluie-gadoue, la nuit et les complications dues aux travaux dans cette périphérie de Nantes qu’une file inespérée par les organisateurs s’est formée devant la salle (…).

Ceux-là sont trois ce soir-là à la tribune, prêts à entamer la douzième étape du Tour de France pour la Justice, organisé par l’Institut pour la Justice : Xavier Bébin, le délégué général de l’association, Didier Gallot, magistrat gouailleur, et Joël Censier, père d’un jeune homme assassiné il y a près de trois ans et héros du web depuis qu’une vidéo sur son cauchemar judiciaire a été vue par plus de 9 millions d’internautes.

Xavier Bébin prend la parole. (…) Il est depuis trois ans la voix de l’Institut pour la Justice, qu’il présente comme « un think tank au service des victimes ». (…) Lorsque Bébin conclut son exposé « Plus de 1,7 million de Français ont signé notre Pacte 2012, nous demanderons à chaque candidat à la présidentielle de se prononcer dessus et nous vous rendrons compte de leur réponse » -, la salle applaudit.

Le « projet marche sur deux jambes », aime dire son délégué général : l’alliance de l’expertise et du populaire.

La recette attire les foules et intéresse les politiques. Christian Estrosi, député-maire UMP de Nice, présentait en janvier une proposition de loi sur le droit des victimes. Lors de sa conférence de presse, il était entouré de trois membres de l’IPJ, donnant l’impression étrange d’un député cornaqué par des lobbyistes. « En m’appuyant sur leur crédibilité et sur le nombre qu’ils représentent, j’aurai plus de poids », dit le parlementaire.

L’IPJ entend jouer le poil à gratter de la présidentielle. Il a déjà réussi à imposer ses questions dans le débat public. Nicolas Sarkozy a consacré une partie de son discours de Dijon sur la mise en place des jurys populaires en correctionnelle, à la place des victimes dans la chaîne judiciaire, et des politiques de tous bords participent à ses colloques. « Il ne faut pas fuir le débat, même s’ils sont à l’opposé de nos positions. Nous devons les prendre au sérieux, les questions qu’ils soulèvent méritent réponse. La gauche a trop longtemps diabolisé ceux qui ne pensent pas comme elle », estime le sénateur socialiste André Vallini.

Téléchargez l’intégralité de l’article en cliquant ici

Read more

Ouest France consacre un article à l’Institut pour la Justice et son Pacte 2012 pour la Justice

A l’approche des élections présidentielles, l’Institut pour la Justice poursuit son Tour de France pour aller « à la rencontre des sympathisants » .

Son délégué général, Xavier Bébin, a présenté (…) le Pacte 2012, que l’association de citoyens, de victimes et d’experts, créée en 2007 transmettra aux candidats.

Téléchargez l’article en cliquant ici

Read more

Le coût du crime et de la délinquance pour l’année 2011

L’économiste Jacques Bichot, professeur émérite à l’Université de Lyon III, évalue le coût annuel de la criminalité pour la société française en 2011.

Read more

Je signe une pétition

J’accède à toutes les pétitions de l’Institut pour la Justice.

Read more