01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

Non à la suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs récidivistes

Plus de 275 000 personnes ont apporté leur soutien à la pétition de l’Institut pour la Justice qui s’oppose à la suppression des tribunaux correctionnels voulue par la garde des Sceaux. A l’attention de Madame Christiane Taubira, cette pétition lui demande de prendre une position claire et sans ambiguïté sur ce sujet.

Le 20 mai dernier, la Ministre de la Justice, a expliqué que ce projet « fait partie des priorités » du nouveau gouvernement, alors même que cette proposition ne figurait pas dans les 60 engagements de François Hollande, publiés lors de la campagne.

Si cette mesure était appliquée, elle serait désastreuse car elle enverrait aux mineurs multirécidivistes un message d’impunité et renforcerait leur sentiment de toute-puissance en leur garantissant de ne jamais passer devant un tribunal correctionnel.
Car les mineurs récidivistes n’ont déjà pas grand-chose à craindre de la Justice et les chiffres le prouvent : le nombre de crimes et délits de violence commis par les mineurs a augmenté de 575% depuis 1990. Supprimer les tribunaux correctionnels relève donc d’un dangereux laxisme pour le devenir de ces jeunes et pour la sécurité de tous.

Depuis, cette annonce de la Ministre de la justice, un triste fait divers a conforté l’Institut pour la Justice dans sa ferme opposition à la suppression des tribunaux correctionnels et au sentiment d’impunité que cela ferait naître. Samedi 23 juin, le jeune Killian, 13 ans, est mort des suites d’une bagarre lors de la quelle un jeune garçon de 16 ans l’a étranglé dans un collège à Rennes. Ce dernier avait été interpellé par la police deux mois auparavant, pour un vol de bicyclette. Mais, selon Thierry Pocquet, Procureur de la République de Rennes « Les suites judiciaires avaient été bénignes ».

Si vous souhaitez plus d’informations sur la délinquance des mineurs, cliquez ici, si vous désirez apporter votre soutien à la pétition adressée à Madame Taubira, cliquez ici