01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

La justice libère l’agresseur, la victime doit déménager

Le Progrès, le 3 mars 2013

Une mère de famille de 34 ans réclame son rapide relogement à la suite de la remise en liberté de son ex-conjoint qui l’avait frappée de trois coups de couteau chez elle le 29 novembre 2011. Après avoir été évoquée, la tentative d’assassinat a été requalifiée en violences volontaires aggravées, le 21 décembre 2012 : pour la juge d’instruction, la force, la localisation et le nombre de coups « vont dans le sens d’une simple intention de blesser et non de tuer ». Le 11 février, en audience correctionnelle, l’agresseur a été condamné à quatre ans de prison, dont deux ferme, mise à l’épreuve et interdiction d’entrer en contact avec sa victime. Après un an de détention provisoire, il a bénéficié d’un aménagement de peine et a été libéré, équipé d’un bracelet électronique. Son ex-compagne veut déménager. Désormais sans emploi, elle vit du RSA et d’allocations logement, et doit 1 200 € à son bailleur, ce qui rend une mutation au sein du parc de logements sociaux juridiquement compliquée. Elle se tourne vers les élus locaux. Son dossier est suivi de près en mairie de Villeurbanne.

Lire ici l’intégralité de l’article du Progrès