01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

« Notre Justice crée t-elle vraiment l’insécurité ? » Débat entre Xavier Bébin et André Vallini

Dans une grande interview croisée dans le Figaro Magazine du 26 avril 2013, Xavier Bébin, secrétaire général de l’Institut pour la Justice et André Vallini, sénateur de l’Isère et spécialiste des questions de Justice au Parti socialiste, débattent ensemble en répondant à la question : « Notre Justice crée t-elle vraiment l’insécurité ? »

Lire ici l’interview croisée de Xavier Bébin et André Vallini – Figaro magazine 26 avril 

Read more

L’analyse de Jean-Claude Magendie sur les dégâts de l’affaire du Syndicat de la Magistrature

Jean-Claude Magendie, premier président honoraire de la cour d’appel de Paris, dans une tribune publiée dans le Figaro du 29 avril 2013 intitulée « La Justice au pied du mur » analyse la politisation du Syndicat de la Magistrature qui jette la suspicion sur l’ensemble de la profession.

Lire ici la tribune de Jean-Claude Magendie – Débats et opinions, Le Figaro 29 avril 2013

Read more

« Mur des cons », l’Institut pour la Justice cité dans la Chronique politique de Guillaume Roquette

Guillaume Roquette, dans sa chronique politique sur France Inter, consacrée ce jeudi 25 avril au « Mur des cons » du Syndicat de la Magistrature, souligne le problème de la politisation de la justice française, qui revendique ouvertement son engagement à gauche. Il l’explique clairement : «  cette politisation des juges est une affaire grave parce que certains font passer leur idéologie avant le respect de la loi » .

Guillaume Roquette conclut  son propos par l’analyse de l’Institut pour la Justice qui remarque  « qu’au tribunal de Bobigny, où le Syndicat de la magistrature est particulièrement présent, les peines plancher mises en place par Rachida Dati n’ont quasiment jamais été appliquées par les magistrats. Et pendant ce temps-là les Français, dans tous les sondages, réclament une justice plus ferme. »

Accéder ici à la chronique politique de Guillaume Roquette 

Read more

« Mur des cons » : l’AFP souligne l’indignation de l’Institut pour la Justice

A la suite de la découverte du « mur des cons » du Syndicat de la Magistrature, l’Agence France Presse relaie la réaction de l’Institut pour la Justice indigné par ce « mur des cons », sur lequel figurent de nombreuses personnalités politiques, mais aussi des criminologues reconnus, des hauts magistrats, d’anciens gardes des Sceaux, des syndicalistes policiers et des dirigeants associatifs », dont son propre secrétaire général.

L’AFP souligne aussi que l’association, qui demande la dissolution du Syndicat de la Magistrature, « n’a pas de mots pour qualifier l’indécence morale de la présence » sur ce mur de Jean-Pierre Escarfail, père de Pascale, violée et assassinée par Guy Georges.

Lire ici la dépêche de l’AFP du 24 avril 2013

Read more

« Mur des cons » du Syndicat de la magistrature : et ils y épinglent même des victimes

Après la révélation du « Mur des cons » du Syndicat de la Magistrature, Xavier Bébin répond aux questions d’Atlantico et explique son indignation de reconnaître parmi les personnalités affichées la photographie du père d’une victime. Il explique aussi que ce « mur de la honte révèle une conception profondément idéologique et anti-démocratique de la Justice » et pose la question de l’atteinte à l’impartialité de la Justice. « Comment les personnalités épinglées sur ce mur pourront-elles être jugées équitablement si elles se retrouvent devant la Justice ? Alors qu’un magistrat sur trois a voté pour le syndicat de la magistrature ?

Pour le Secrétaire général de l’IPJ, « une Justice exemplaire, c’est une Justice indépendante, impartiale, dans laquelle les magistrats n’expriment pas leur opinion sur la politique du gouvernement ou sur les lois votées par le Parlement.

Aujourd’hui, il n’y a donc pas d’autre choix que de dissoudre le Syndicat de la magistrature, qui porte en permanence atteinte à la séparation des pouvoirs par ses prises de position politiques. Et il faut à nouveau appliquer cette loi, malheureusement oubliée, qui prévoit que les juges, y compris syndiqués, sont soumis au « devoir de réserve », sous peine de sanctions. »

Lire ici l’intégralité de l’interview de Xavier Bébin

Read more

Communiqué: L’Institut pour la Justice demande la dissolution du Syndicat de la Magistrature

L’Institut pour la Justice est indigné par le  « mur des cons » du Syndicat de la Magistrature, sur lequel figurent de nombreuses personnalités politiques, mais aussi des criminologues reconnus, des hauts magistrats, d’anciens gardes des Sceaux, des syndicalistes policiers et des dirigeants associatifs dont Xavier Bébin, secrétaire général de l’Institut pour la Justice.

L’Institut pour la Justice n’a pas de mot pour qualifier l’indécence morale de la présence, sur ce « mur » des cons,  de Jean-Pierre Escarfail, père de Pascale, violée et assassinée par Guy Georges !

Cette « mise à l’index » de personnalités honorables lève le voile sur l’intolérance et l’approche profondément idéologique des questions de justice de la part du syndicat de la magistrature. Après son appel à voter en faveur de François Hollande à l’élection présidentielle, cette révélation jette définitivement le discrédit sur la capacité de ce syndicat à garantir une Justice impartiale.

C’est pourquoi l’Institut pour la Justice demande la dissolution du Syndicat de la Magistrature et le rétablissement du devoir de réserve pour la totalité des magistrats, syndiqués ou non, comme le propose Xavier Bébin dans son dernier livre, «Quand la Justice crée l’insécurité», paru chez Fayard le 10 avril.

Télécharger ici le communiqué : L’Institut pour la Justice demande la dissolution du Syndicat de la Magistrature

Read more

Marie-Christine Gryson-Dejehansart, L’enfant agressé et le conte créatif

Les familles ont changé, les enfants et leurs parents également. Par ailleurs, l’étude de la psychologie de l’enfant bénéficie de nouveaux moyens de compréhension qui ont réajusté les connaissances. Cependant, certaines approches psychologiques, en lien avec la trame existentielle de l’enfant et de l’être humain en général, demeurent universelles échappant aux aléas des événements. C’est le cas des contes merveilleux. Toujours présents, sous des formes diverses, ces contes continuent de former les refuges les plus euphorisants et les plus fédérateurs. Ils sont des facteurs de résilience indispensables.

La thérapie par le Conte créatif, que l’auteur pratique depuis une trentaine d’années, est une véritable création participative en harmonie avec ce constat et les valeurs de notre époque. Cette méthodologie thérapeutique prend sa source dans les évaluations créatives des tests revisités et elle a installé ses balises de reconstructon grâce aux repères donnés par les enfants victimes d’agressions sexuelles. Le Conte créatif est un outil thérapeutique attractif pour la prise en charge d’enfants relevant de toutes sortes de problématiques et de souffrances, du plus petit au plus grand traumatisme. Les psychothérapeuthes mais aussi tous les professionnels de l’enfance pourront l’utiliser dans le registre qui leur est dédié, en individuel ou en groupe.

L’auteur

Marie-Christine Gryson-Dejehansart est psychologue clinicienne, formatrice et expert judiciaire.

Vous pouvez commander le livre ici

Mai 2013 – 256 pages – 155×240 mm
EAN13 : 9782100589036

Read more

« Je suis à 300 % d’accord avec vous »

 

Je suis à 300 % d’accord avec vous.

Je réside à Singapour.
Singapour où une fillette de 10 ans peut prendre le bus seule à 22:00 le soir pour rentrer d’un entrainement sportif.
Singapour où votre voisin de table de terrasse vous court après pour vous rendre l’iPhone que vous avez oublié sur votre table.
Singapour où le cadre sup rendu coupable du moindre harcèlement sexuel sur une employée se voit viré dans la journée….
Oui une Singapour répressive a ses débuts, mais le principe de la répression ne consiste-t-elle pas à en user un temps pour ne plus en avoir besoin ensuite ?

Ou alors juste par une présence passive telle une épée de Damoclès pouvant s’abattre à chaque instant ? Tout n’est pas à envier en matière de justice, de société ou d’humanité à Singapour.

Mais il est à constater cette absence de peur liée aux risques d’agression et cette absence d’irritation usante liée pour sa part aux multiples incivilités bien présentes en Europe en général et en particulier en France.
Si le fait de se rendre « coupable » pour un temps de répression peut nous exempter de ces mêmes « déviances » par la suite, pourquoi ne pas en user ?
Merci

Yannick R.

Read more

Un bureau de poste fermé à cause de la criminalité

Le Parisien, le 18 avril 2013

Depuis le 14 décembre 2012, date du troisième braquage en moins de deux ans, la poste de Thésée, petite commune du Loir-et-Cher de 1200 habitants, demeure fermée. « La poste refuse de rouvrir le bureau tant que les auteurs des faits n’auront pas été arrêtés », explique Daniel Charluteau, maire. Depuis deux ans, la poste a été victime de trois vols à main armée et d’une tentative.

Tous ont été perpétrés en présence des employés. « Il faut sécuriser le village. Nous ne souhaitons pas exposer nos employés et nos clients à ce risque d’agressions. Nous ouvrirons notre bureau lorsque les conditions de sécurité seront réunies », commente la direction de la Poste de Blois.

Lire ici l’article du Parisien

Read more

L’homme a déjà soixante antécédents judiciaires et frappe sans raison une petite fille de 4 ans

Le Progrès, le 18 avril 2013

Un villerbannais de 32 ans, qui a soixante antécédents judiciaires, dont neuf pour violence a passé plusieurs heures en dégrisement après avoir frappé une petite fille de 4 ans dans un parc.

Sans la moindre raison, l’homme s’est approché de l’enfant et lui a décoché un coup de pied dans un genou, puis il lui a donné un coup sur la tête avec un sac rempli de bouteilles de bière, dont il avait manifestement largement abusé. Des témoins ont alerté la police, tandis que la petite fille était prise en charge par sa famille.

Lire ici l’article du Progrès 

Read more