01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

AEF sécurité globale : le projet de réforme pénale « dangereux » pour l’institut pour la justice

Dans une dépêche consacrée aux réactions des mondes judiciaire, politique et associatif suite à l’arbitrage du projet de réforme pénale de Christiane Taubira, l’AEF Sécurité globale met en avant le point de vue de l’Institut pour la Justice :

« L’Institut pour la justice demande pour sa part au gouvernement de « renoncer au dangereux projet de réforme pénale ». L’association, qui a lancé une pétition contre ce projet de réforme, estime que « les arbitrages annoncés sont donc la confirmation d’une politique qui aura comme conséquence une aggravation de la criminalité […] ». Elle « se réjouit » cependant de « la suppression des aménagements systématiques des peines de prison allant jusqu’à deux ans », mais estime que « cela ne doit pas cacher les mesures laxistes et très dangereuses annoncées ». Elle indique que « les arbitrages dévoilés constituent une grande déception et une lourde menace pour la sécurité des Français avec la confirmation de l’abandon des peines plancher à l’égard des récidivistes ».

La création d’une peine de contrainte pénale n’est, pour elle, « pas à la hauteur des enjeux, car elle existe déjà sous la forme de sursis avec mise à l’épreuve, et ne sert que d’affichage pour détourner l’opinion des mesures d’impunité à l’égard des récidivistes ». Elle souligne en outre que « la France manque d’au moins 20 000 places de prison ». Selon l’Institut pour la justice « un mensonge semble se cacher dans le projet de libération sous contrainte ». Elle explique que « le Premier ministre a déclaré qu’il n’y aurait pas de libération automatique des détenus. Cependant, dans le même temps, un projet de libération sous contrainte sera mis en place pour mettre fin aux ‘sorties sèches’ ». »

Read more

L’Opinion cite la mobilisation autour de la pétition contre le projet de réforme pénale

Dans un article de l’Opinion du 30 août 2013 consacré aux pétitions et aux mobilisations citoyennes, la pétition de l’Institut pour la Justice, qui demande au Président de la République le retrait du projet de réforme pénale souhaité par Christiane Taubira, et qui a déjà recueilli plus de 130 000 signatures, est mise en avant.

Read more

Communiqué : Réforme pénale, un arbitrage mensonger, laxiste et dangereux dont les Français feront les frais

L’Institut pour la Justice, association de citoyens, de victimes et d’experts pour une justice plus protectrice des citoyens, demande au gouvernement de renoncer au dangereux projet de réforme pénale qui vient d’être annoncé par le Premier Ministre.

Si l’association, qui a toujours milité contre la loi Dati, se réjouit de la suppression des aménagements systématiques des peines de prison allant jusqu’à 2 ans, cela ne doit pas cacher les mesures laxistes et très dangereuses annoncées.

Les arbitrages dévoilés constituent une grande déception et une lourde menace pour la sécurité des Français avec la confirmation de l’abandon des peines plancher à l’égard des récidivistes. Pourtant Manuel Valls annonçait, ce matin encore, qu’il fallait être « impitoyable avec les récidivistes ». Faut-il y voir un double discours ou l’échec d’une ligne de fermeté plébiscitée par les Français ?

La création d’une peine de contrainte pénale, pour les délits punis jusqu’à 5 ans de prison, n’est également pas à la hauteur des enjeux, car elle existe déjà sous la forme de sursis avec mise à l’épreuve, et ne sert que d’affichage pour détourner l’opinion des mesures d’impunité à l’égard des récidivistes. Par ailleurs, cette mesure est avancée comme une solution aux problèmes de l’inexécution des peines et de la surpopulation carcérale alors que les comparaisons européennes sont claires : la France manque d’au moins 20 000 places de prison. Là encore, le laxisme semble la seule ligne directrice du gouvernement.

Un mensonge, enfin, semble se cacher dans le projet de libération sous contrainte. En effet, le Premier Ministre a déclaré qu’il n’y aurait pas de libération automatique des détenus. Cependant, dans le même temps, un projet de libération sous contrainte sera mis en place pour mettre fin aux « sorties sèches ». La garde des Sceaux a indiqué sur France Info que ces libérations auraient lieu quelques mois avant le terme prévu. Il s’agit donc d’un double discours mensonger.

Les arbitrages annoncés sont donc la confirmation d’une politique qui aura comme conséquence une aggravation de la criminalité, comme le montrent pourtant, depuis un an, les données de l’ONDRP. L’Institut pour la Justice, qui a déjà rassemblé plus de 150 000 signatures, demande l’abandon des mesures laxistes à l’égard des récidivistes, et va mobiliser l’ensemble de ses membres et sympathisants auprès des parlementaires et du gouvernement pour empêcher l’adoption de cette réforme.

Télécharger le communiqué de l’Institut pour la Justice : Réforme pénale, un arbitrage mensonger, laxiste et dangereux

Read more

Réforme pénale : l’AFP évoque les 100 000 signatures recueillies par l’IPJ contre ce projet

L’Agence France Presse, dans une dépêche consacrée aux arbitrages à venir de la réforme pénale de Christiane Taubira, explique le lancement d’une pétition par l’Institut pour la Justice, « association de citoyens, de victimes et d’experts pour une Justice plus protectrice des citoyens », demandant à M. Hollande d’abandonner ce projet irresponsable. Jeudi 29 août 2013, la pétition rassemblait plus de 100 000 signatures.

Lire ici l’intégralité de la dépêche de l’AFP

Cette information de l’AFP a notamment été reprise par  20minutes.fr, la Croix, Nord Littoral, Le JDC, L’écho républicain
Le berry
La république des pyrénées
La REP
La nouvelle république
La montagne
La croix
Handicap zéro
Guadeloupe France Antilles
Lyonne
Lyon Capitale
L’internaute
Libération
L’express
L’est éclair
Le quotidien de la réunion
le populaire
le point
Le petit journal
Var matin
TV5 Monde
Notre temps
Nice matin
Midi news
Martinique France Antilles
France Guyane
Direct Matin
Corse Matin
BFMTV.com
20 minutes
Nouvel Obs
reunion.Orange.fr
Info orange caraïbe
Yahoo
Actualités Orange

Read more

Le mensuel Ca m’intéresse interroge l’IPJ sur la justice restauratrice

Dans son édition du mois de septembre, le mensuel Ca m’intéresse consacre un dossier à la justice réparatrice. L’Institut pour la Justice a été sollicité, aux côtés de différentes associations et de syndicats de magistrats, pour donner son opinion sur cette nouvelle thématique dans la justice.

Alexandre Giuglaris, délégué général de l’IPJ, indique que l’association ne refuse pas en bloc la justice restaurative mais s’inquiète du fait qu’une victime et son agresseur soit placé sur un pied d’égalité. Il plaide par ailleurs pour le développement des thérapies cognitives et comportementales.

Lire ici l’article de « Ca m’intéresse »

Read more

L’IPJ analyse la peine de probation

Alexandre Giuglaris, délégué général de l’Institut pour la Justice, répond aux questions d’Atlantico, le 29 août 2013.

Il analyse les premières pistes de la réforme pénale prévue par Christiane Taubira, en particulier la création d’une peine de probation, à laquelle l’IPJ est favorable, mais pour un nombre limité de personnes condamnées, et non comme cela est prévu par la réforme Taubira, pour diminuer le nombre de personnes incarcérées.

Lire l’article sur le site d’Atlantico

Read more

Communiqué : En 24 heures, l’Institut pour la Justice rassemble plus de 100 000 signatures contre le projet de réforme pénale de Christiane Taubira

L’Institut pour la Justice, association citoyenne qui œuvre pour une justice plus protectrice des citoyens, a lancé une grande pétition demandant au Président de la République d’abandonner le projet de réforme de Mme Taubira. En 24 heures, plus de 100 000 personnes ont déjà manifesté leur crainte de voir se concrétiser une réforme qui serait dévastatrice pour la sécurité des Français.

Le projet de réforme de la garde des Sceaux suscite légitimement les plus grandes inquiétudes dans l’opinion publique et explique ce grand succès populaire. En effet, toutes les dernières enquêtes d’opinion notamment montrent une demande de protection et de plus grande sévérité de la justice, en particulier à l’égard des récidivistes.

Or, c’est précisément l’inverse que Mme Taubira prévoit dans son projet, en voulant supprimer les peines plancher et appliquer aux récidivistes les mêmes avantages qu’aux « primo-délinquants ». Comme la loi pénitentiaire en 2009, ce texte n’a qu’un seul objectif, vider des prisons trop pleines plutôt que d’en construire de nouvelles. Mais le projet Taubira est encore plus irresponsable que la loi Dati par l’ampleur des mesures de faveur visant les récidivistes.

Quant à la probation, elle est manifestement un écran de fumée destinée à cacher la gravité des autres dispositions du projet, car elle n’est pas accompagnée de moyens significatifs, ni d’une réforme en profondeur de nos méthodes de suivi et de surveillance.

L’aveuglement et le dogmatisme ne sont pas de bons conseillers. L’Institut pour la Justice et déjà plus de 100 000 Français font appel à la responsabilité du Président de la République pour renoncer à cette réforme menée contre les Français.

Télécharger ici le communiqué  – Plus de 100 000 signatures contre le projet de réforme pénale de Christiane Taubira en 24 heures

Read more

Réforme pénale : Philippe Bilger dénonce l’indécence d’État

Philippe Bilger, Magistrat honoraire et Président de l’Institut de la parole – Conseil en stratégie et psychologie judiciaires-, revient sur l’actualité de la politique pénale et sur les débats qui agitent l’opinion publique et les décideurs politiques.

Il dresse, avec son franc-parler et sa grande connaissance de la justice pénale, un réquisitoire juste et pragmatique de la politique conduite par Christiane Taubira. Il s’élève contre ce qu’il appelle l’indécence d’État.

Cliquez ici pour lire l’intégralité de l’article

 

Read more

Non aux projets fous de Christiane Taubira

Christiane Taubira doit présenter début octobre un projet de réforme pénale particulièrement dangereux qui prévoit :
 
la fin des révocations automatiques des peines de prison avec sursis. En clair, même si vous êtes récidiviste après avoir déjà été condamné à une peine de prison avec sursis, vous ne serez plus envoyé en prison
la fin de l’obligation, pour un juge, d’un texte expliquant les motivations ayant conduit à la non-incarcération d’un récidiviste condamné
la suppression des peines plancher contre les récidivistes
la fin des peines de prison purgée jusqu’à leur fin et des milliers de libération de détenus avec la mise en place d’un examen automatique de la situation d’un détenu, au deux tiers de sa peine, pour prévoir une libération couplée au refus des « sorties sèches ».
 
Ces mesures sont dangereuses et vont entraîner une hausse de la criminalité et du nombre de victimes.
 
Nous devons empêcher que ces projets fous n’aboutissent.
 
Read more

L’IPJ interrogé dans Version Femina sur la justice réparatrice

Version Femina consacrait les 24 et 25 août un dossier sur la justice réparatrice. Alexandre Giuglaris, délégué général de l’Institut pour la Justice y est interviewé aux côtés de Stéphane Jacquot, président-fondateur de l’Association nationale de la justice réparatrice.

Le délégué général de l’association a ainsi pu souligner les limites et les risques de l’idée de justice réparatrice, sans pour autant, s’y opposer par principe. Des garanties, en particulier pour les victimes, doivent être apportées si l’on veut développer cette pratique. Dans le même temps, il rappelle qu’il faut mieux aider et accompagner les victimes qui sont bien souvent délaissées par le système pénal.

Télécharger ici l’intégralité de l’article de Version Femina

Read more