01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

Communiqué : Polémique sur les détenus non incarcérés de Dreux, Christiane Taubira doit renoncer à sa réforme pénale

L’Institut pour la Justice, association citoyenne qui œuvre pour une justice plus protectrice des citoyens, tient à souligner que la non incarcération des trois personnes condamnées à Chartres n’est malheureusement pas une surprise. En effet, cela correspond tout à fait à la politique pénale que souhaite mettre en œuvre Christiane Taubira, notamment à travers sa circulaire du 19 septembre 2012 qui incite à tenir compte de la surpopulation carcérale, la conférence dite de consensus sur la récidive ou son projet de réforme pénale actuellement en cours de rédaction.

Alors que des dizaines de milliers de peines de prison sont inexécutées ou sont en attente d’exécution chaque année, la décision du Tribunal de grande instance de Chartres s’inscrit dans la logique de la création d’un « numerus clausus » dans les prisons, envisagée par la Chancellerie.

La construction de 20 000 places est aujourd’hui la solution incontournable et nécessaire pour permettre l’application réelle des peines prononcées par les magistrats et mettre fin à une surpopulation carcérale inacceptable. C’est aussi un principe d’égalité entre citoyens que de condamner à une même peine dans tout le territoire français. C’est enfin l’autorité de la justice qui est en jeu car les peines doivent se concrétiser, toute inexécution entachant sa crédibilité. L’application  réelle des peines est la meilleure prévention contre la récidive.

Alors que seulement 45% des Français affirment avoir confiance en leur justice, selon le dernier baromètre du CEVIPOF, l’Institut pour la Justice demande à François Hollande de clarifier la position du gouvernement, notamment à la suite des divergences entre Manuel Valls et Christiane Taubira et de lancer un véritable plan de construction de 20 000 places de prison. Il est temps de construire au-delà de tout clivage politique une politique pénale plus protectrice des citoyens et des victimes et plus à même de renouer la confiance des Français dans l’autorité judiciaire. Christiane Taubira doit  donc abandonner sa réforme pénale dont les Français ne veulent pas.

Télécharger ici l’intégralité du communiqué de l’Institut pour la Justice