01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

AEF sécurité globale : le projet de réforme pénale « dangereux » pour l’institut pour la justice

Dans une dépêche consacrée aux réactions des mondes judiciaire, politique et associatif suite à l’arbitrage du projet de réforme pénale de Christiane Taubira, l’AEF Sécurité globale met en avant le point de vue de l’Institut pour la Justice :

« L’Institut pour la justice demande pour sa part au gouvernement de « renoncer au dangereux projet de réforme pénale ». L’association, qui a lancé une pétition contre ce projet de réforme, estime que « les arbitrages annoncés sont donc la confirmation d’une politique qui aura comme conséquence une aggravation de la criminalité […] ». Elle « se réjouit » cependant de « la suppression des aménagements systématiques des peines de prison allant jusqu’à deux ans », mais estime que « cela ne doit pas cacher les mesures laxistes et très dangereuses annoncées ». Elle indique que « les arbitrages dévoilés constituent une grande déception et une lourde menace pour la sécurité des Français avec la confirmation de l’abandon des peines plancher à l’égard des récidivistes ».

La création d’une peine de contrainte pénale n’est, pour elle, « pas à la hauteur des enjeux, car elle existe déjà sous la forme de sursis avec mise à l’épreuve, et ne sert que d’affichage pour détourner l’opinion des mesures d’impunité à l’égard des récidivistes ». Elle souligne en outre que « la France manque d’au moins 20 000 places de prison ». Selon l’Institut pour la justice « un mensonge semble se cacher dans le projet de libération sous contrainte ». Elle explique que « le Premier ministre a déclaré qu’il n’y aurait pas de libération automatique des détenus. Cependant, dans le même temps, un projet de libération sous contrainte sera mis en place pour mettre fin aux ‘sorties sèches’ ». »