01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

Le constat d’un général de gendarmerie sur la délinquance et le système judiciaire

Le Figaro, le 7 janvier 2013

A l’occasion de son audition le 18 décembre 2013 par la commission parlementaire de « lutte contre l’insécurité », le général Bertrand Soubelet, numéro trois de la gendarmerie nationale, dresse un constat sans fard de la politique pénale et évoque le malaise des forces de l’ordre face au système judiciaire.

Voir la vidéo de l’audition du Général Bertrand Soubelet

Lu dans le Figaro :

« «Les gendarmes sont inquiets car on prend plus soin des auteurs que des victimes», prévient le militaire, précisant qu’en 2013 il y a eu une hausse de 4% de personnes mises en cause par ses services tandis que le nombre de placements sous écrou «a diminué de 33%». «Évidemment, l’insécurité et le sentiment d’insécurité ne cesseront d’augmenter tant que la réponse collective à la délinquance ne sera pas adaptée», martèle-t-il. Le diagnostic de ce haut stratège est implacable: la réponse pénale est, selon lui, «en décalage». Sans détour, il enfonce le clou en assurant: «Les auteurs d’atteintes aux biens (cambriolages, vols…), les plus importantes numériquement, bénéficient d’un traitement pénal qui leur permet de continuer à exercer leurs activités.» Si le mot «impunité» n’a pas été lâché, l’auditoire a dû y penser très fort. »