01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

Communiqué : Quand le laxisme et l’impunité poussent les Français vers des idées dangereuses, l’inquiétant constat du baromètre de Sciences Po

L’Institut pour la Justice, association citoyenne œuvrant pour une justice plus protectrice des citoyens et plus équitable à l’égard des victimes, s’inquiète grandement après l’analyse du baromètre Opinionway réalisé pour Sciences Po, le CEVIPOF et le CESE.

Trois chiffres révèlent l’ampleur du discrédit et des risques qu’une justice insuffisamment protectrice des citoyens font peser sur les citoyens.

  • – Seuls 44% des Français ont confiance en leur justice contre 68% de confiance pour la police ou 74% pour l’armée
  • – 40% des Français estiment que les démocraties ne savent pas bien maintenir l’ordre
  • – 50% des Français sont favorables au rétablissement de la peine de mort (+15 points en deux ans).

 

Ces chiffres doivent être compris pour ce qu’ils expriment, le ras-le-bol total de l’opinion concernant l’impunité et le laxisme judiciaire. En effet, quand 100 000 peines sont en attente d’exécution chaque année, quand les aménagements de peine conduisent à éviter la détention pour les condamnations jusqu’à deux ans de prison, quand la justice est incapable de répondre à l’accroissement considérable de la hausse de la criminalité, les Français ont le sentiment qu’il faut aller toujours plus loin dans les réponses pénales à apporter.

Ces chiffres très inquiétants doivent donc retenir toute l’attention des dirigeants politiques alors même que la réforme pénale à venir risque d’accentuer le ce ras-le-bol exprimé par l’opinion à l’encontre de l’impunité. En effet, elle prévoit notamment de sanctionner moins sévèrement les récidivistes et de mettre en place différents mécanismes pour éviter la prison à tout prix (mais lesquels au vu de ces chiffres…).

Le Président de la République doit entendre cet appel inquiétant et annoncer le retrait de la réforme pénale pour éviter que davantage de Français ne se tournent vers des idées radicales, considérant que la fermeté républicaine et l’autorité judiciaire sont incapables de les protéger.

Télécharger ici le communiqué