01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

Agressions de Colombes : l’Institut pour la Justice mobilise les députés

Suite aux deux agressions de Colombes, Christiane Taubira n’a toujours pas rendu public le rapport de ses services sur ce drame. L’Institut pour la Justice mobilise les députés pour que ce rapport soit enfin présenté.

 

Un rapport commandé par Christiane Taubira

 

A l’occasion de son passage à l’émission Des paroles et des actes sur France 2, en septembre 2013, Christiane Taubira avait été confrontée à une des mères des deux victimes des agressions de Colombes commises en août 2013 par un homme détenu en centre de semi-liberté. La garde des Sceaux avait refusé de répondre à ce sujet, mais elle avait commandé à ses services un rapport sur les causes de ce drame.

 

Deux agressions d’une violence inouïe

 

La violence inouïe de ces agressions et l’absence de surveillance de ce détenu avaient suscité l’émoi de l’opinion publique. Le détenu, déjà condamné à 12 reprises, bénéficiait d’un régime de semi-liberté pour effectuer un stage en entreprise. Le jour du drame, il obtient même une dérogation jusqu’à 21 heures pour un rendez-vous chez le kinésithérapeute. Cependant, l’administration pénitentiaire ne vérifie pas ces informations.

L’entreprise où le détenu effectue son stage est en réalité fermée en raison des vacances et le rendez-vous médical est pure invention. Il a profité de cette liberté pour perpétrer deux crimes d’une rare violence en quelques minutes. Sa première victime s’est débattue pour ne pas être violée, mais elle a été frappée au visage au point d’être défigurée. Quelques minutes plus tard ,il viole une jeune fille et la frappe avec la même violence. A son retour au centre de semi-liberté, il n’est pas réprimandé pour ses trois heures de retard. Il sera interpellé le lendemain.

 

Un rapport qui n’a toujours pas été rendu public

 

Les mois sont passés et toujours aucune nouvelle des conclusions de ce rapport qui avait pour objectif d’identifier les dysfonctionnements des services dans ce drame. L’Institut pour la Justice demande que ces conclusions soient rendues publiques car l’absence de surveillance d’un détenu aussi dangereux ne peut être acceptée. Les conséquences en ont été dramatiques.

L’Institut pour la Justice a mobilisé les députés afin d’obtenir de la garde des Sceaux la publicité de ce rapport. 26 parlementaires ont ainsi interpellé Christiane Taubira.

 

Retrouvez ci-dessous les questions des députés adressées à Christiane Taubira :

 

Philippe Vigier, Président du groupe UDI à l’Assemblée nationale, député d’Eure-et-Loire

Yves Jégo, ancien ministre, député UDI de Seine-et-Marne

Maurice Leroy, ancien ministre, député UDI du Loir-et-Cher

Laurent Wauquiez, ancien ministre, député UMP de la Haute-Loire

Valérie Pécresse, ancienne ministre, député UMP des Yvelines

Christian Estrosi, ancien ministre, député UMP des Alpes-Maritimes

Luc Chatel, ancien ministre, député UMP de la Haute-Marne

Hervé Mariton, ancien ministre, député UMP de la Drôme

Thierry Mariani, ancien ministre, député des Français établis hors de France

Meyer Habib, député UDI des Français établis hors de France

Rudy Salles, député UDI des Alpes-Maritimes

Charles de Courson, député UDI de la Marne

Laurent Degallaix, député UDI du Nord

Franck Riester, député UMP de Seine-et-Marne

Eric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes

Marc Le Fur, député UMP des Côtes-d’Armor

Philippe Gosselin, député UMP de la Manche

Rémi Delatte, député UMP de la Côte-d’Or

Sébastien Huyghe, député UMP du Nord

Georges Fenech, député UMP du Rhône

Jean-Pierre Decool, député UMP du Nord

Philippe Goujon, député UMP de Paris

Yannick Moreau, député UMP de Vendée

Guillaume Larrivé, député UMP de l’Yonne

Julien Aubert, député UMP du Vaucluse

 

Read more

Agressions de Colombes : l’IPJ fait pression sur Christiane Taubira

L’hebdomadaire d’information Valeurs Actuelles a consacré, dans son édition du 19 mars, un de ses articles au silence faisant suite aux deux violentes agressions de Colombes survenues en août 2013. Une des mères des victimes avait interpellé Christiane Taubira qui participait à l’émission Des paroles et des actes.

Valeurs Actuelles cite l’Institut pour la Justice qui a eu connaissance que la garde des Sceaux avait demandé à ses services un rapport pour trouver les causes de ce drame commis par un homme détenu dans un centre de semi-liberté au moment des faits.

A ce jour, toujours aucune nouvelle des conclusions de ce rapport malgré les demandes écrites de 26 parlementaires mobilisés par l’Institut pour la Justice.

Télécharger ici l’article de Valeurs Actuelles

Read more

Police prédictive : une chance à saisir pour la France

Depuis quelques années le travail traditionnel d’anticipation effectué par la police a connu une sorte de révolution grâce à l’utilisation de logiciels inspirés de ceux employés dans le commerce. Un terme nouveau été inventé pour désigner ces pratiques policières nouvelles : la police prédictive.

La police prédictive se base sur les régularités statistiques présentées par certains types de criminalité pour diriger l’emploi des ressources policières de la manière la plus efficace possible. Apparue aux États-Unis au début des années 2000, la police prédictive a très vite prouvé son efficacité et a été adoptée par nombre de villes américaines. Elle commence aujourd’hui à faire son apparition en Europe mais reste malheureusement largement ignorée en France.

Cette ignorance est très dommageable, car elle risque de priver la police française d’un outil à la fois performant et économique pour lutter contre la criminalité.

Sans être l’espèce de baguette magique que certains voudraient y voir, elle peut néanmoins apporter une contribution précieuse à l’action de la police, et ce sans poser de problèmes éthiques ou juridiques épineux.

Read more

Suppression des crédits de réduction de peine automatiques

Les attentats du mois de janvier ont soulevé une immense émotion dans tout notre pays.

Aujourd’hui, il faut tirer des enseignements de ces tragédies et réformer notre système pénal pour protéger la société.

Savez-vous qu’Amedy Coulibaly, l’un des auteurs de ces attentats, aurait été en prison, au moment de ses actes, s’il n’avait pas bénéficié de réductions de peine automatiques ? Son cas est semblable à celui de Mehdi Nemmouche ou de Mohamed Merah. Ils étaient tous des multirécidivistes qui auraient dû être en prison aux moments de leurs attaques.

Le gouvernement semble vouloir répondre avec fermeté aux terribles attentats qui ont été commis en renforçant notamment le renseignement. Cela est bien mais il faut aussi agir sur le volet pénal.

En supprimant les crédits de réduction de peine automatiques, en particulier contre les récidivistes, on peut protéger la société et permettre de mieux surveiller de potentiels futurs terroristes.

Participez dès maintenant.

Read more

Note sur le rapport de M. Dominique Raimbourg relatif à l’encellulement individuel

Le 2 décembre 2014, Dominique Raimbourg, député de Loire-Atlantique, a remis à Madame la garde des sceaux, Christiane Taubira, un rapport intitulé « Encellulement individuel, faire de la prison un outil de justice ».

Ce rapport présente des préconisations pour rendre effectif le principe de l’encellulement individuel des détenus et, plus largement, pour faire face au problème chronique de la surpopulation carcérale qui affecte les prisons françaises depuis des décennies. Enfin, comme son titre l’indique, ce rapport propose une réflexion sur l’usage de la prison afin d’en faire un « outil de justice, » ce qu’elle ne serait donc pas jusqu’à maintenant.

Le texte qui suit présente les observations de l’Institut pour la Justice concernant à la fois les préconisations concrètes formulées par le rapport Raimbourg et la philosophie pénale qui sous-tend ces préconisations.

Read more

L’IPJ invité par Eric Brunet à parler de la polémique Taubira/Darmanin

Alexandre Giuglaris, délégué général de l’Institut pour la Justice, était l’invité de l’émission Carrément Brunet sur RMC pour réagir à la polémique suscitée par les propos de Gérald Darmanin, député-maire de Tourcoing, à l’égard de Christiane Taubira.

Alexandre Giuglaris revient sur les chiffres de la délinquance. Si les cambriolages baissent légèrement après une explosion ces dernières années, les atteintes physiques à la personne ne cessent d’augmenter. La politique pénale de la garde des Sceaux est désastreuse car la contrainte pénale, introduite par la réforme pénale, vise les agressions sexuelles simples, et à l’avenir, concernera l’ensemble des délits.

Le laxisme de la garde des Sceaux va à rebours des attentes de fermeté des Français, selon Alexandre Giuglaris. Cette divergence peut être une explication à la popularité croissante de la peine de mort, qui est une fausse solution, passée de 35% à 50% d’avis favorables depuis la prise de fonction de la ministre de la Justice.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de l’émission Carrément Brunet :

Read more

Le test ADN révèle que les deux braqueurs sont des violeurs recherchés

Ouest France, le 28 février 2015

Deux frères ont avoué avoir commis un viol plus de 10 ans auparavant alors qu’ils étaient interpellés pour une autre affaire.

Les deux individus étaient placés en garde à vue pour un braquage réalisé en juin 2014. Cependant, l’analyse du prélèvement ADN du grand frère a révélé qu’il était l’auteur recherché pour un viol commis en 2004. Face à cette preuve accablante, les deux frères ont avoué ce viol d’une fillette de 12 ans.

Lire ici l’article de Ouest France

Read more

Polémique Taubira / Darmanin : l’IPJ recentre le débat

Le site d’information Atlantico a invité Alexandre Giuglaris, délégué général de l’Institut pour la Justice, et André Bercoff, journaliste et écrivain, à réagir à la polémique suscitée par les propos de Gérald Darmanin, député UMP du Nord, à l’égard de Christiane Taubira.

Alexandre Giuglaris regrette que les débats sur la personne de Christiane Taubira masquent ceux à mener sur ses actions et ses prises de position. Pourtant, sa politique pénale ne répond pas aux inquiétudes légitimes des Français. La récente publication du Baromètre de la confiance politique du CEVIPOF révèle des évolutions inquiétantes comme la popularité croissante de la peine de mort, solution extrême illusoire, qui indique les attentes de fermeté des Français.

La priorité de nos concitoyens est une justice plus rapide et plus tournée vers les victimes rappelle Alexandre Giuglaris. Ainsi, il condamne les choix de la garde des Sceaux comme la suppression des peines-plancher et la libération anticipée des délinquants, ainsi que ses intentions de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs et la rétention de sûreté.

La défiance des Français à l’égard de la ministre de la Justice s’explique également par de graves polémiques comme l’affaire Falletti, sorte de chasse aux sorcières, et le « Mur des cons » portant gravement atteinte à sa crédibilité aux yeux de nos concitoyens.

Alexandre Giuglaris attend de la garde des Sceaux une politique carcérale efficace. Lutter contre la radicalisation islamiste en prison est une bonne chose, mais ce n’est pas le seul combat à mener. Il faut impérativement mettre fin aux crédits de réduction de peine automatiques, crédits dont à bénéficier le terroriste de l’Hyper Casher A. Coulibaly malgré ses antécédents judiciaires et ses 7 condamnations.

Télécharger ici l’interview croisée d’Alexandre Giuglaris et André Bercoff

 

Read more