01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

Justice des mineurs : Philippe Bilger souhaite que l’Institut pour la Justice soit entendu

Le Figarovox publie une tribune de Philippe Bilger parue sur son blog le 2 janvier 2015 pour critiquer la réforme de la justice des mineurs annoncée par la garde des Sceaux. S’étant déjà exprimé à ce sujet devant les sympathisants de l’Institut pour la Justice, il espère que la position de l’association sera entendue dans le cadre de la concertation préalable à cette réforme.

 

Une nouvelle réforme laxiste

 

La réforme pénale maintenant votée et entrée en vigueur, la ministre de la Justice plaide pour une réforme de la justice des mineurs. Le but annoncé est d’accentuer la dimension éducative des sanctions à l’égard des mineurs au détriment de la dimension répressive.

Philippe Bilger reproche à la garde des Sceaux d’imposer des textes dogmatiques impopulaires élaborés avec des concertations sectaires. Il prêche pour une plus grande ouverture et émet le souhait que l’Institut pour la Justice soit enfin entendu par Christiane Taubira.

Il regrette que cette réforme envisage de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs, dont la pratique a cessé par voie de circulaire en 2013. Créés sous le mandat de Nicolas Sarkozy, ils ne concernaient que les mineurs de 16 à 18 ans les plus ancrés dans la récidive et la délinquance. Autre apport annoncé malgré son méfait reconnu, la césure pénale qui sépare la décision sur la culpabilité de celle sur la sanction.

 

Une réforme inadaptée aux réalités de la délinquance des mineurs

 

Philippe Bilger estime la réforme de la justice des mineurs inadaptée. La garde des Sceaux semble nier l’état d’esprit de ces mineurs ancrés dans la délinquance. Son dogmatisme est d’autant plus regrettable qu’il y a consensus sur l’utilité d’une réforme de la justice des mineurs. Cependant, la dimension répressive de la sanction doit garder toute sa part.

L’approche de la délinquance par la garde des Sceaux est vivement critiquée par Philippe Bilger qui selon lui oscille entre dogmatisme et naïveté. Une position de la ministre qui reste inchangée six mois après l’écriture de cette tribune.

 

Lire ici la tribune de Philippe Bilger sur le Figarovox