01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Blog

L’IPJ défend la construction de places de prison sur RMC

Guillaume Jeanson, porte-parole de l’Institut pour la Justice et avocat au barreau de Paris, était l’invité de l’émission Radio Brunet sur RMC. Suite à la visite de la prison de Fresnes par la Contrôleure générale des lieux de privation de liberté dénonçant la surpopulation carcérale et des locaux insalubres, Guillaume Jeanson dénonce le retard considérable pris dans la construction de places de prison.

Un nombre de places de prison insuffisant

Pour Guillaume Jeanson, la situation délétère de nos prisons est la conséquence de quarante années de laisser-aller en matière de construction de places supplémentaires. Le parc carcéral de la France est d’une capacité nettement moindre à celle de la moyenne des pays du continent européen. Pour exemple, le Royaume-Uni, d’une population équivalente à la France, dispose de près de 40.000 places de prison supplémentaires.

Dès lors, dans une telle situation de sous-équipement carcéral et de manque de moyens à la disposition de l’administration pénitentiaire, il est impossible, selon Guillaume Jeanson, que les prisons françaises soient en mesure d’encadrer les détenus dans un environnement sécurisé permettant de développer le travail en milieu carcéral ainsi que des programmes de sevrage aux stupéfiants.

Le mythe du « tout carcéral »

Guillaume Jeanson rappelle que la France incarcère moins que les autres pays européens puisque son taux de détention est de 100 pour 100.000 habitants tandis que la moyenne européenne est autour de 150. Le fait que la France incarcère exagérément est un mythe. La France connait par ailleurs un dysfonctionnement grave de l’application de ses peines puisque près de 100.000 peines de prison ferme sont en attente d’exécution.

Autre point critiqué par Guillaume Jeanson, la possibilité d’aménager intégralement les peines de prison ferme allant jusqu’à 2 ans. En effet, la Cour des comptes a récemment publié un rapport relevant les carences des suivis des personnes condamnées en milieu ouvert alors que nous connaissons une aggravation de la délinquance violente.

Ecoutez ci-dessous l’interview de Guillaume Jeanson sur RMC :