01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Le coût du crime et de la délinquance

Le coût du crime et de la délinquance

Dans un contexte de crise de la dette, nos responsables politiques, actuels ou futurs, seront contraints de déterminer des priorités dans les dépenses affectées aux différentes politiques publiques. S’agissant des moyens affectés à la lutte contre la criminalité, le choix doit impérativement être éclairé par une estimation de ce coûte l’insécurité elle-même.

C’est pourquoi l’Institut pour la Justice a demandé à l’économiste Jacques Bichot de réaliser une étude exhaustive sur le coût annuel de la criminalité en France. Cette étude inédite prend en compte, pour la période d’octobre 2010 à septembre 2011, la totalité des crimes et délits et comptabilise autant les coûts directs (comme le préjudice financier et psychologique pour la victime) qu’indirects (comme les frais de protection privée).

Une évaluation prudente conduit l’auteur à chiffrer à un minimum de 150 milliards d’euros annuels le coût économique et social de la criminalité pour la collectivité, ce qui représente 7,5 % du PIB. Le coût pour la société, hors dépenses publiques, du noyau dur de la criminalité (et donc de ce que l’on appelle « insécurité ») s’élève à près de 80 milliards d’euros – chiffre auquel on peut mettre en regard le budget affecté à la Justice pénale, qui ne dépasse pas 5,3 milliards d’euros.

Read more

Le fardeau des crimes et délits qui provoquent des blessures de l’intimite

Sous prétexte qu’un enfant maltraité au sein même de sa famille et qu’une victime de violences sexuelles subissent des préjudices physiques et psychologiques que des sommes en euros ou en dollars ne sauraient représenter correctement, on renonce souvent à étudier la dimension économique des crimes et délits qui ont causé ces préjudices. Pourtant, il est nécessaire de comparer les conséquences économiques de ces actes au coût des mesures qui permettent (ou permettraient, si elles étaient prises) d’en limiter le nombre et d’apporter quelque remède aux blessures provoquées. Il est non moins nécessaire d’étudier la pertinence de ces mesures, car l’efficacité d’une dépense donnée, par exemple 1 Md€, peut varier du simple au double, voire au quadruple, selon que cet argent est utilisé d’une façon plus ou moins intelligente. L’étude présentée ci-dessous démontre non seulement que les budgets ne sont pas quantitativement à la hauteur du problème, mais aussi que l’argent public pourrait – et donc devrait – être dépensé de façon plus efficace.

Read more

Coût du crime : mise au point suite à la critique par Thierry Godefroy de l’étude « Le coût du crime et de la délinquance »

En avril 2010, l’Institut pour la Justice a publié une étude de l’économiste Jacques Bichot sur « Le coût du crime et de la délinquance ». Aucun travail de cette ampleur n’avait encore été réalisé sur le sujet.

Une évaluation prudente avait conduit J. Bichot à chiffrer à 115 milliards d’euros le coût total de la criminalité pour la période Juillet 2008 – juin 2009, soit 5,6 % du PIB. Le préjudice personnel et collectif de l’insécurité au sens large (violences et vols de toute nature) avait été comptabilisé à près de 62 milliards d’euros, sans compter les dépenses de sécurité publiques et privées.

Le 11 mars dernier, Thierry Godefroy, chercheur au Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP), a fait paraître une critique de cette étude dans un papier intitulé « Le coût du crime. Règles de prudence méthodologique et perspectives de recherche ».

Cette note répond aux critiques formulées par T. Godefroy.

Read more

Synthèse de l’étude : Le coût du crime et de la délinquance

Dans un contexte de contrainte budgétaire aigüe, la lutte contre l’insécurité est parfois critiquée pour son coût (coût des effectifs de police, de la vidéo-surveillance, des nouvelles prisons, etc.). Un tel débat gagnerait toutefois à être éclairé par une estimation de ce que coûte l’insécurité elle-même.

C’est pourquoi l’Institut pour la Justice a demandé à l’économiste Jacques Bichot de réaliser une étude sur le coût du crime et de la délinquance en France. Aucun travail de cette ampleur n’avait encore été accompli sur ce sujet : M. Bichot a pris en compte la totalité des crimes et délits (à l’exception des infractions au code de la route), et comptabilisé les coûts tant directs (préjudice financier et moral pour la victime) qu’indirects (sentiment global d’insécurité, dépenses publiques et privées de sécurité).

Une évaluation prudente conduit l’auteur à chiffrer à 115 milliards d’euros le coût total de la criminalité pour la période Juillet 2008 – juin 2009, ce qui représente 5,6 % du PIB. Le préjudice personnel et collectif de l’insécurité au sens large (violences et vols de toute nature) s’élève à près de 62 milliards d’euros, auxquels il faut ajouter 6 milliards de dépenses de protection

Read more

Le coût des incivilités – Annexe de l’étude : Le coût du crime et de la délinquance

Jacques Bichot, docteur en mathématiques et en sciences économiques, est professeur émérite à l’Université Lyon III-Jean Moulin. Membre honoraire du Conseil économique et social, ses travaux ont essentiellement porté sur les questions monétaires et sur l’économie sociale (coût de la protection sociale, réforme des retraites, emploi). Il est l’auteur de nombreux ouvrages et publie régulièrement des tribunes dans Les Echos, la Tribune ou Le Figaro.

Read more

Le coût du crime et de la délinquance

Dans un contexte de contrainte budgétaire aiguë, la lutte contre l’insécurité est parfois critiquée pour son coût (coût des effectifs de police, de la vidéo-surveillance, des nouvelles prisons, etc.). Un tel débat gagnerait toutefois à être éclairé par une estimation de ce que coûte l’insécurité elle-même.

C’est pourquoi l’Institut pour la Justice a demandé à l’économiste Jacques Bichot de réaliser une étude sur le coût du crime et de la délinquance en France. Aucun travail de cette ampleur n’avait encore été accompli sur ce sujet : M. Bichot a pris en compte la totalité des crimes et délits (à l’exception des infractions au code de la route), et comptabilisé les coûts tant directs (préjudice financier et moral pour la victime) qu’indirects (sentiment global d’insécurité, dépenses publiques et privées de sécurité).

Une évaluation prudente conduit l’auteur à chiffrer à 115 milliards d’euros le coût total de la criminalité pour la période Juillet 2008 – juin 2009, ce qui représente 5,6 % du PIB. Le préjudice personnel et collectif de l’insécurité au sens large (violences et vols de toute nature) s’élève à près de 62 milliards d’euros, auxquels il faut ajouter 6 milliards de dépenses de protection privée, ainsi que 12 milliards de fonds publics alloués à la police, la gendarmerie et la justice.

Read more