01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Exécution des peines et morts violentes : les leçons de la criminologie comparée

Exécution des peines et morts violentes : les leçons de la criminologie comparée

Dans cette étude, Maurice Cusson analyse, au travers de trois comparaisons criminologiques, les effets de l’exécution des peines sur le recul de la criminalité. Tout d’abord, il observe une décroissance des homicides entre la fin du Moyen âge et la période contemporaine, en raison de la consolidation des organisations policières, de l’institutionnalisation de la justice, du développement du système carcéral, et de l’apport des sciences criminelles.

Il met ensuite en lumière la corrélation existante entre la performance policière et la fréquence des homicides : plus les niveaux de la première sont faibles, plus les taux des seconds sont élevés ; inversement, plus les niveaux de la première sont élevés, plus les taux des seconds sont faibles.

Enfin, l’utilisation des nouvelles technologies appliquées à l’exécution des peines, en particulier l’instauration des contrôles radars automatisés en France, permet de renforcer l’effet dissuasif de sanctions systématiquement appliquées et de faire significativement baisser la mortalité.

Read more

L’indispensable apport de la criminologie

Ceci est la version écrite de Christophe Soullez au colloque de l’Institut pour la Justice intitulé : Une justice pénale rénovée, fondée sur la criminologie moderne des 13 et 14 décembre 2012 au Grand Salon de la Sorbonne.

Cette intervention a eu lieu le 14 décembre 2012 sur le thème : Les sciences criminelles au cœur des politiques pénales et sur le sujet : L’indispensable apport de la criminologie.

Read more

Apports de la criminologie aux politiques et aux pratiques pénales

Ceci est la version écrite de Martine Herzog-Evans au colloque de l’Institut pour la Justice intitulé : Une justice pénale rénovée, fondée sur la criminologie moderne des 13 et 14 décembre 2012 au Grand Salon de la Sorbonne.

Cette intervention a eu lieu le 14 décembre 2012 sur le thème : Les sciences criminelles au cœur des politiques pénales et sur le sujet : L’indispensable apport de la criminologie.

Read more

L’analyse comportementale et l’enquêteur : un partenariat de confiance

Pierre Chaignon est capitaine de gendarmerie, chef du département des sciences du comportement.

Ceci est la version écrite de Pierre Chaignon au colloque de l’Institut pour la Justice intitulé : Une justice pénale rénovée, fondée sur la criminologie moderne des 13 et 14 décembre 2012 au Grand Salon de la Sorbonne.

Cette intervention a eu lieu le 14 décembre 2012 sur le thème : Les sciences criminelles au cœur des politiques pénales et sur le sujet : L’indispensable apport de la criminologie.

Read more

Criminalité, violences urbaines : justice ou idéologie ?

Xavier Raufer est criminologue, directeur des études au Centre universitaire de recherche sur les menaces criminelles contemporaines (Université Paris II – Panthéon-Assas).

Ceci est la version écrite de Xavier Raufer au colloque de l’Institut pour la Justice intitulé : Une justice pénale rénovée, fondée sur la criminologie moderne des 13 et 14 décembre 2012 au Grand Salon de la Sorbonne.

Cette intervention a eu lieu le 14 décembre 2012 sur le thème : Les sciences criminelles au cœur des politiques pénales et sur le sujet : Diversité du crime et politiques de sécurité.

Read more

L’art de la criminalité en milieu hostile

Alain Bauer est Professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers, New York et Beijing.

Ceci est la version écrite de Alain Bauer au colloque de l’Institut pour la Justice intitulé : Une justice pénale rénovée, fondée sur la criminologie moderne des 13 et 14 décembre 2012 au Grand Salon de la Sorbonne.

Cette intervention a eu lieu le 14 décembre 2012 sur le thème : Les sciences criminelles au cœur des politiques pénales et sur le sujet : L’indispensable apport de la criminologie.

Read more

Expertise post-sentencielle et évaluation du risque : à propos d’une étude rétrospective

Alexandre Baratta est psychiatre, expert près la Cour d’appel de Metz.

Ceci est la version écrite de Alexandre Baratta au colloque de l’Institut pour la Justice intitulé : Une justice pénale rénovée, fondée sur la criminologie moderne des 13 et 14 décembre 2012 au Grand Salon de la Sorbonne.

Cette intervention a eu lieu le 14 décembre 2012 sur le thème : Les sciences criminelles au coeur des politiques pénales et sur le sujet : Mieux évaluer la dangerosité.

Read more

Les chiffres de la récidive sexuelle – Quel est le véritable taux : 1,6 % ou 24 % ?

On entend souvent que le taux de récidive en matière sexuelle est, dans la France
contemporaine, d’environ 1 à 2 %. Pourtant, une analyse détaillée du mode de calcul de ce taux révèle qu’il est considérablement sous-estimé, parce qu’il ne tient pas compte :

1. des récidives dont l’auteur a été condamné pour la première fois avant 1984,
2. de la plupart des viols, ceux-ci étant fréquemment requalifiés en agressions sexuelles,
3. de l’ensemble des violences sexuelles autres que les viols.

Ces lacunes sont liées au caractère restrictif de la notion de récidive légale en France, qui se justifie par le fait que l’accusé encourt un doublement de la peine encourue. Toutefois, lorsqu’il s’agit d’établir le risque de récidive des auteurs de violence sexuelle, il paraît peu pertinent d’utiliser ce concept purement juridique.

Une estimation rigoureuse du taux de récidive dans les pays occidentaux contemporains
indique qu’au bout de 15 années de sortie de prison, au moins 24 % des auteurs de crimes et délits sexuels sont de nouveau condamnés pour un crime ou un délit sexuel. Ce taux est lui-même inférieur à la réalité puisqu’il ne tient pas compte des viols non signalés à la police ou non élucidés.

Read more

Qu’est-ce que la criminologie ?

Les réactions suscitées par le projet de développer l’enseignement de la criminologie à l’Université en France montrent que le concept de criminologie fait l’objet de conceptions diverses, voire opposées.

Pourtant, la criminologie peut se définir simplement comme une discipline scientifique :
– qui se distingue de la philosophie, et plus généralement de toute approche politique ou normative
– dont les frontières et la méthodologie sont communes à l’ensemble des disciplines ayant pour objet les activités humaines
– dont l’intérêt est à la fois d’enrichir la connaissance scientifique et de faciliter la lutte contre la criminalité

Parce que le crime préoccupe tout particulièrement le citoyen, elle gagnerait à être une discipline à part entière à l’Université française.

Read more

Agir contre les violences conjugales

Les violences conjugales entraînent la mort de 150 à 160 femmes par an, sans compter les très nombreuses victimes qui subissent des violences graves.

Pour lutter contre ce phénomène, l’auteur de cette note fait plusieurs propositions. Il préconise tout d’abord le prononcé de sanctions plus adaptées à la gravité des faits commis, via une meilleure formation des magistrats. Il demande également l’utilisation du bracelet électronique mobile dans les cas les plus sérieux d’éloignement du conjoint violent, à titre préventif et dissuasif. Enfin, il souhaite le développement des thérapies comportementales et cognitives (TCC) pour le conjoint violent, les seules dont l’efficacité est mesurable et les résultats probants en matière de gestion de la colère.

L’auteur s’interroge par ailleurs sur l’opportunité de focaliser le débat autour de ces questions sur les « violences faites aux femmes » plutôt que les « violences conjugales », termes qui a le mérite de ne pas considérer des cas non typiques (les violences faites aux hommes) comme inexistants.

Read more