01-70-38-24-07
info@institutpourlajustice.org

Quelle réponse pénale faut-il apporter à l’usage du cannabis?

Quelle réponse pénale faut-il apporter à l’usage du cannabis?

Le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, a récemment déclaré que des contraventions pour réprimer l’usage de stupéfiants devraient être mises en place rapidement.
A ce stade les intentions du ministre de l’Intérieur sont floues et de nombreuses questions se posent.
Toutefois, puisque tout le monde comprend bien que ce qui est en réalité principalement visé par le ministre de l’Intérieur, c’est la consommation de cannabis, il vaut d’ores et déjà la peine d’examiner attentivement cette question : sanctionner l’usage (et la détention en petites quantités) du cannabis par une simple amende serait-il une bonne idée ?
Actuellement, selon l’article L. 3421-1 Code de la Santé Publique, l’usage de stupéfiants est un délit passible d’un an d’emprisonnement et de 3750 euros d’amende.
L’idée de supprimer la peine d’emprisonnement pour ne plus prononcer que des amendes est plutôt populaire auprès du grand public.
Mais le grand public ignore les subtilités du code pénal et du code de procédure pénale et n’a par conséquent qu’une idée très imparfaite des tenants et des aboutissants de cette question. Comme très souvent en matière de politique pénale le diable est dans les détails, il importe donc d’exposer soigneusement ces détails.
Il apparaît alors que contraventionnaliser l’usage et la détention du cannabis est une fausse bonne idée.

Read more

Le cannabis, une catastrophe sanitaire en devenir

Synthèse de l’étude réalisée par le Professeur Jean Costentin pour l’Institut Pour la Justice, « Le chanvre indien, un drame pour notre jeunesse et plus largement pour notre pays ».

Read more

Le chanvre indien : un drame pour notre jeunesse et plus largement pour notre pays

Le cannabis est la drogue illicite la plus consommée en France ; notre nation détient à cet égard le record européen. Notre pays compte 1 600 000 usagers réguliers de cannabis, chiffres énormes, au regard du caractère illicite de cette drogue, dont l’usage est, tout de même, relativement réprimé. Pourtant, loin de l’image d’Épinal de la drogue « douce » et « récréative », le cannabis est un produit hautement toxique, qui persiste des semaines dans l’organisme, qui induit une véritable dépendance physique et psychique, dont les effets sur le cerveau des adolescents sont catastrophiques et dont les liens avec la folie sont avérés. Il est malheureusement de plus en plus à craindre que les efforts déployés par des lobbies influents, aboutissent à la dépénalisation, puis à la légalisation du cannabis.
La catastrophe sanitaire qui, selon toutes probabilités, en résulterait ainsi que la grande difficulté qu’il y aurait à abolir cette légalisation doivent nous inciter à tout faire pour
l’empêcher.

Read more